Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec Recherche English
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones
Accueil > Centre de presse > Communiqués > 1999 > Communiqué du 25 novembre 1999

LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC CRÉE LA COMMISSION DU NUNAVIK

Québec, le 25 novembre 1999 – Le président de la Société Makivik, monsieur Pita Aatami, le ministre des Transports, ministre délégué aux Affaires autochtones, ministre responsable de la Faune et des Parcs et ministre responsable de la région Nord-du-Québec, monsieur Guy Chevrette, et le ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien, monsieur Robert Nault, sont heureux d’annoncer la création de la Commission du Nunavik. Cette décision fait suite à la signature, le 5 novembre dernier, de l’Accord politique entre le gouvernement du Québec, le Nunavik et le gouvernement fédéral.

Le mandat de la Commission du Nunavik est de faire des recommandations sur une forme de gouvernement pour le Nunavik. La Commission doit proposer un plan d’action et des recommandations sur la structure, le fonctionnement et les pouvoirs d’un gouvernement au Nunavik, ainsi qu’un calendrier de réalisation.

La Commission du Nunavik est coprésidée par messieurs Harry Tulugak et André Binette. Les autres membres sont : mesdames Annie May Popert et Diane Gaumond et messieurs Johnny N. Adams, Gérard Duhaime, Marc-Adélard Tremblay et Jules Dufour.

La Commission doit déposer ses recommandations dans un délai de huit mois.

- 30 -

Sources :
Stephen Hendrie
Société Makivik
(514) 386-0669
Courriel : hendrie@makivik.org

Cabinet du ministre Chevrette
(418) 643-6980

Marie-Dominique Loignon
Ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien
(819) 997-8404


p.j. Notes biographiques

--------------------------------------------------------------------------------

HARRY TULUGAK

M. Harry Tulugak est un résident de Puvirnituq. Il a étudié d’abord à Puvirnituq puis à Ottawa par la suite. Depuis trois décennies, il joue un rôle important dans le développement socio-économique des Inuits du Nunavik. M. Tulugak a été maire de Puvirnituq de 1991 à 1993. Il a été membre de direction au Conseil de santé Inuulitsivik de Puvirnituq, de 1993 à 1998 et en était le directeur général par intérim de septembre 1997 à janvier 1998. Il est actuellement adjoint exécutif au président de la Société Makivik.

M. Tulugak a contribué à la mise en œuvre du programme Junior Rangers au Nunavik. De 1972 à 1986, il a occupé divers postes à la Coopérative de Puvirnituq, autant comme commis aux approvisionnements que comme gérant.

Harry Tulugak a travaillé au sein du Comité constitutionnel du Nunavik à la fin des années 1980. De plus, il a été nommé chef négociateur pour la partie Nunavik en mars 1998, à la table de négociation de l’autonomie gouvernementale. En 1987 et 1988, il a collaboré avec le directeur général des élections du Québec, M. Pierre F. Côté, pour l’organisation d’un plébiscite sur l’autonomie gouvernementale à la grandeur du Nunavik. M. Tulugak a également participé de près à la préparation d’élections pour le Comité constitutionnel du Nunavik, en 1988 et 1989. Durant cette période, il a contribué à l’élaboration d’un cahier spécial du journal Le Devoir publié en avril 1989 et portant sur le processus d’autonomie gouvernementale au Nunavik.

ANDRÉ BINETTE

M. André Binette possède une maîtrise en droit constitutionnel et un baccalauréat en science politique. Il exerce ses fonctions d’avocat au sein du cabinet Joli-Cœur, Lacasse, Lemieux, Simard, St-Pierre. Ses principaux champs d’activité sont le droit autochtone et le droit constitutionnel.

M. Binette a été conseiller en droit constitutionnel au ministère de la Justice du Québec de 1982 à 1986. Par la suite, il a agi à titre de conseiller en droit constitutionnel et international à plusieurs reprises, notamment pour le Conseil exécutif du gouvernement du Québec de 1988 à 1990 et en 1995-1996, de même que pour le secrétariat de la Commission d’étude sur l’avenir politique et constitutionnel du Québec (Commission Bélanger-Campeau) en 1990 et 1991 et pour le secrétariat de la Commission d’étude sur les questions afférentes à l’accession du Québec à la souveraineté, en 1991 et 1992.

Il est l’auteur des publications juridiques suivantes : Le droit à l’autodétermination des peuples autochtones et du peuple québécois, Travaux du congrès du Conseil canadien de droit international (1993); Les provinces canadiennes et le commerce international (avec le professeur Ivan Bernier, 1988); La liberté d’expression commerciale, dans Les cahiers de droit, (1987) et La mise en œuvre judiciaire de l’article 1 de la Charte canadienne et le droit de la preuve (1986).

ANNIE MAY POPERT

Mme Annie May Popert travaille présentement à son compte comme consultante. Elle est très active depuis 20 ans au sein du système d’éducation du Nunavik. Elle a été directrice générale de la Commission scolaire Kativik de 1983 à 1993. Mme Popert y a aussi occupé, entre autres, les postes de directrice du secteur d’éducation aux adultes, d’administratrice en chef de l’école de Kuujjuaq et de membre du Comité de l’éducation, dont les membres sont élus localement.

Depuis six ans, Mme Popert est travailleuse autonome dans les domaines de l’éducation et de la formation. Elle offre des séminaires, des cours et des ateliers aux Inuits du Nunavik, du Nunavut et du Labrador. Les séminaires touchent les questions sociales qui influent sur le bien-être des Autochtones. Elle a participé à des recherches portant sur des questions pédagogiques pour la Commission royale sur les peuples autochtones et a agi comme porte-parole de la Commission scolaire Kativik, lors de négociations de conventions collectives.

Dans les années 1970, Mme Popert a été à l’emploi de la Société Makivik pendant plusieurs années à titre de directrice des services de l’information, en même temps qu’elle était membre élue du comité exécutif. De plus, elle avait été élue au poste de secrétaire-trésorière d’Inuit Tapirisat du Canada, au milieu des années 1970.

Originaire de Kuujjuaq, Annie May Popert habite actuellement près de Chapleau, dans le nord de l’Ontario.

JOHNNY N. ADAMS

M. Johnny N. Adams habite à Kuujjuaq et participe activement à la vie politique du Nunavik. Johnny Adams a entrepris ses études au Nunavik et les a poursuivies à Winnipeg. Il a débuté sa carrière politique au début des années 1980 et il est membre du conseil municipal de Kuujjuaq depuis 1987, dont trois mandats au poste de maire.

En 1989, M. Adams a été nommé représentant de Kuujjuaq à l’Administration régionale Kativik. Peu après, il était élu au comité exécutif puis devint vice-président du conseil régional. Depuis 1998, M. Adams est président de l’Administration régionale Kativik, président du Conseil régional de développement Kativik et adjoint au maire de Kuujjuaq.

M. Adams est engagé dans de nombreuses initiatives communautaires telles qu’une maison d’hébergement pour les femmes, un centre d’accueil pour personnes âgées et un projet environnemental. M. Adams est également un membre actif du milieu d’affaires du Nunavik en tant que cofondateur et actionnaire de Silak Adventures, Atai Air Charters et Nunavik Rotors. Il possède également les qualifications de pilote d’aviation commerciale.

En 1990, M. Adams a reçu le Prix du mérite municipal décerné par le gouvernement du Québec.

DIANE GAUMOND

Mme Diane Gaumond est adjointe au sous-ministre adjoint aux affaires juridiques et législatives du ministère des Affaires municipales et de la Métropole. Elle est responsable de coordonner l’élaboration du livre 5 de la révision des lois municipales portant sur les pouvoirs des municipalités. De 1989 à cette année, pour le ministère des Affaires municipales, elle a rédigé plusieurs projets de politiques touchant le domaine municipal et particulièrement les questions traitant de décentralisation des pouvoirs aux municipalités, de l’organisation territoriale municipale, de la démocratie locale et des relations du travail dans les municipalités. Elle a également été appelée à travailler à titre d’analyste pour le secrétariat de la Commission d’étude sur l’avenir politique et constitutionnel du Québec (Commission Bélanger-Campeau).

De 1980 à 1987, Mme Gaumond a participé à la recherche et à l’élaboration de politiques, notamment sur les projets de réforme des communautés urbaines et sur les politiques de regroupement de municipalités. Elle a aussi participé à l’élaboration de la position québécoise dans le contentieux fédéral-provincial concernant les relations avec les municipalités.

Dans les années 1970, elle a collaboré à l’élaboration des schémas d’aménagement et de développement des régions du Québec pour l’Office de planification et de développement du Québec.

GÉRARD DUHAIME

M. Gérard Duhaime, un chercheur de grande réputation, travaille à l’Université Laval où il occupe les postes de directeur du Groupe d’études inuit et circumpolaires, de titulaire de la Chaire Louis-Edmond Hamelin de recherche sociale nordique et de professeur titulaire au département d’économie agro-alimentaire et des sciences de la consommation. Il est aussi président de International Arctic Social Sciences Associationet cofondateur de Circumpolar Arctic Social Sciences Ph.D. Network.

M. Duhaime est l’un des responsables de la mise sur pied de la Banque Métrinord, une base de données statistiques sur les réalités sociales des populations nordiques. Il dirige également plusieurs projets de recherche d’envergure internationale, dont celui intitulé Sustainable Development in the Arctic, Conditions for Food Security, qui regroupe 40 chercheurs provenant de cinq pays nordiques. De plus, il a été chercheur invité par l’École d’économie et de politique de Hambourg en Allemagne et par le Krannert Graduate School of Management de l’Université Purdue, aux États-Unis.

Parmi ses nombreuses publications, on trouve Sustainable Development in the North, Local Initiatives vs Megaprojects (1998); Les Autochtones au Québec (1994); Le développement des Peuples du Nord (1989); Le pays des Inuits, la situation économique 1983 (1987); De l’igloo au HLM, les Inuits sédentaires et l’État-providence (1985).

Gérard Duhaime possède un doctorat en sociologie économique et une maîtrise en analyse politique de l’Université Laval, ainsi qu’un baccalauréat en science politique de l’Université de Montréal.

MARC-ADÉLARD TREMBLAY

M. Marc-Adélard Tremblay possède un doctorat en anthropologie de l’Université Cornell. Il fut professeur à l'Université Laval pendant 37 ans avant de devenir professeur émérite. Pionnier de l'anthropologie culturelle au Québec et au Canada il fut, entre autres, président-fondateur de la Société canadienne de sociologie et d'anthropologie et président de la Société royale du Canada. M. Tremblay est aussi le fondateur du Département d'anthropologie de l'Université Laval. Il a mis sur pied plusieurs équipes de recherche qui ont oeuvré sur le terrain dans divers champs d'étude, entre autres sur les Autochtones du Québec et du Canada.

M. Tremblay a participé à l'établissement du Centre d'études nordiques de l’Université Laval, en 1961, et du Groupe d'Études inuit et circumpolaires de la même université en 1987, groupe qu'il dirigea de janvier 1991 à décembre 1993. De 1964 à 1987, il fut co-directeur de la Commission Hawthorn-Tremblay sur les Autochtones au Canada. Il a assumé la présidence de l'Association universitaire canadienne d'études nordiques de 1985 à 1989. Il a présidé le Comité du Prix scientifique sur le Nord pour le ministère des Affaires indiennes et du Nord canadien, durant trois ans. Il collabora aux travaux de la Commission canadienne des affaires polaires de 1991 à 1997. Plus récemment, il a été invité à siéger au comité directeur de la Chaire Louis-Edmond Hamelin de l'Université Laval.

Le profil international de sa carrière et son engagement soutenu en recherche fondamentale comme en recherche d'application à l'échelle du pays lui ont valu de nombreuses distinctions dont l'Ordre du mérite international de l'International Biographical Institute, Officier de l'Ordre du Canada et Grand Officier de l'Ordre national du Québec. De plus, plusieurs prix scientifiques lui ont été décernés dont la médaille Innis-Gérin de la Société royale du Canada, le Prix Marcel-Vincent de l'Association canadienne française pour l’avancement des sciences, le prestigieux Prix Molson du Conseil des arts du Canada et six doctorats honorifiques d’universités canadiennes dont l'University of Northern British Columbia en 1994, et l’Université McGill en 1998. M. Tremblay a publié, au Canada et à l’étranger, 25 ouvrages et plus de 200 articles et documents de recherche.

JULES DUFOUR

M. Jules Dufour possède un doctorat en géographie de l’Université Laval. Il est professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi depuis 1971. Au cours des trente dernières années, il a effectué des travaux de recherche sur la mise en valeur des ressources naturelles du Canada et sur les efforts de conservation du patrimoine naturel du Canada et du Québec.

Il a acquis une grande expérience dans le domaine du développement nordique du Canada et du Québec. Il fut coordonnateur, pour le Profil régional du Nord du Québec à l’Office de planification et de développement du Québec de 1979 à 1983, puis coordonnateur pour le Québec, lors des travaux entourant la célébration du Centenaire des parcs nationaux du Canada de 1984 à 1987 et vice-président de l’Association universitaire canadienne d’études nordiques de 1990 à 1992 alors qu’il en était membre depuis 1975.

Il a agi à titre d’expert-conseil pour la Commission d’enquête sur les déchets dangereux en 1990 et 1991 et fut commissaire au Comité fédéral d’examen du projet d’aménagement hydroélectrique de Grande Baleine de 1992 à 1995, de même qu’expert-conseil pour la Commission d’enquête fédérale-provinciale sur le projet d’aménagement hydroélectrique de la rivière Sainte-Marguerite en 1992 et 1993. De plus, il était commissaire de la Commission scientifique et technique sur la gestion des barrages de 1996 à 1997 et commissaire à l’enquête publique sur le projet d’aluminerie Alma par Alcan aluminium ltée par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement, en 1997. M. Dufour a aussi présidé les États généraux de l’environnement de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean en 1998-1999.

M. Jules Dufour est membre actif de plusieurs organisations nationales et internationales dont la Fondation pour la sauvegarde des espèces menacées, le Canadian Environmental Defense Fund et d’une commission mondiale pour les parcs nationaux.

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Dernière mise à jour :
Mise en ligne :