Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec Recherche English
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones
Accueil > Centre de presse > Communiqués > 2001 > Communiqué du 2 février 2001

L’UNESCO ACCUEILLE LE MINISTRE CHEVRETTE ET LES LEADERS AUTOCHTONES

Paris, le 2 février 2001 – En visite à Paris, dans le cadre de la mission qu’ils mènent présentement en Europe sur les affaires autochtones, le ministre des Transports, ministre délégué aux Affaires autochtones et ministre responsable de la Faune et des Parcs, M. Guy Chevrette, le président de la Société Makivik, M. Pita Aatami, le chef de la communauté attikamek d’Obedjiwan, M. Simon Awashish, et le chef de la communauté innue de Mashteuiatsh, M. Clifford Moar, ont pris la parole ce matin au siège de l’UNESCO devant plus d’une centaine de personnes. L’auditoire était composé notamment d’ambassadeurs, de hauts fonctionnaires de l’organisation, de professeurs, de chercheurs et de diverses autres personnes intéressées par les questions autochtones.

Au cours de cette conférence, qualifiée d’authentique et de sincère, le ministre Chevrette a insisté sur la nécessité d’établir un dialogue fructueux entre le gouvernement et les Autochtones afin de trouver, dans un véritable esprit de partenariat, des solutions aux problèmes existants au sein de leurs communautés. Il a notamment profité de l’occasion pour exposer les orientations privilégiées par le Québec concernant les Autochtones ainsi que pour présenter le bilan des ententes conclues au cours des dernières années.

Cette tribune a permis au président de la Société Makivik, M. Pita Aatami, de présenter sa vision du développement de la nation inuite en insistant sur l’importance de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. « Nous avons utilisé la Convention à notre avantage, comme outil de développement ». D’autre part, M. Aatami a souligné sa grande surprise de rencontrer à Paris une Québécoise enseignant l’inuktituk à un groupe d’étudiants européens.

Pour sa part, le chef de la communauté attikamek d’Obedjiwan, M. Simon Awashish, a affirmé : « Nous sommes résolus à entrer de plein pied dans le modernisme, à développer notre autonomie et à créer des emplois pour nos jeunes, tout en conservant nos traditions et notre culture ». Il s’est en outre déclaré en faveur de l’approche du Québec qui consiste à conclure des ententes, permettant ainsi de solutionner des problèmes auxquels font face certaines communautés.

En plus de traiter de la langue et de la culture innues, le chef de la communauté de Mashteuiatsh, M. Clifford Moar, a présenté l’Approche commune récemment convenue dans le cadre des négociations territoriales globales avec les communautés du Conseil tribal Mamuitun. « Bien qu’il reste beaucoup à faire, nous travaillons à développer une formule qui va lier nos deux nations, soit une forme de contrat de société qui nous permettra de vivre en harmonie », a-t-il indiqué.

À l’issue de la rencontre, la représentante du directeur général de l’UNESCO, Mme Katérina Stenou, s’est dite touchée par les témoignages des chefs et impressionnée par la qualité des rapports entre le Québec et les Autochtones. À cet égard, les activités de l’UNESCO peuvent contribuer à rendre accessible sur la scène internationale l’expérience québécoise. Elle a d’ailleurs invité le ministre Chevrette à participer à d’autres activités de l’organisme.

Au cours de leur passage à Paris, les membres de la délégation ont également été reçus par la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Mme Christine Lazerges. Cette dernière s’est montrée vivement intéressée par les cultures et traditions autochtones et par le climat qui anime les relations entre le Québec et les Autochtones. Cet entretien a été suivi par un déjeuner, présidé par M. Yves Tavernier, réunissant des membres du Groupe d’amitié France-Québec à l’Assemblée nationale.

Le séjour de la délégation à Paris a également permis aux élus d’exposer leur vision à plusieurs représentants de la presse québécoise, française et internationale. Enfin, ils se sont rendus au Musée de l’Homme qui contribuera à l’exposition que présentera le Musée de la Pointe-à-Callière, à l’occasion de la commémoration du tricentenaire de la Grande Paix de Montréal de 1701.

« Je suis convaincu, après cette première étape de la mission, de la pertinence d’exposer au plan international, le chemin parcouru et les défis qui nous attendent, a déclaré le ministre Chevrette. L’intérêt suscité par notre démarche confirme le bien-fondé de notre approche qui mise sur la négociation plutôt que sur la confrontation et ce, dans un esprit basé sur le respect et la compréhension mutuelle ».

Au cours des prochains jours, les membres de la délégation se rendront à Bruxelles et à Londres où ils auront à nouveau l’occasion de présenter l’état des relations entre le Québec et les Autochtones.


- 30 -

Source :
Édith Rochette
Attachée de presse
(418) 643-6980

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Dernière mise à jour :
Mise en ligne :