Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec Recherche English
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones
Accueil > Centre de presse > Communiqués > 2002 > Communiqué du 7 février 2002

ENTENTE HISTORIQUE ENTRE LE QUÉBEC ET LES CRIS :
LA PAIX DES BRAVES OUVRE LA VOIE À UNE NOUVELLE ÈRE DE COOPÉRATION ET DE PROSPÉRITÉ POUR LA RÉGION DE LA BAIE-JAMES

Waskaganish, le jeudi 7 février 2002 – Le premier ministre du Québec, M. Bernard Landry, et le grand chef du Grand Conseil des Cris, M. Ted Moses, ont signé ce matin, à Waskaganish, une entente historique d'une durée de cinquante ans qui marque une nouvelle ère dans les relations entre le Québec et les Cris. Négociée de nation à nation, cette entente permettra une nouvelle phase de développement économique, social et communautaire de la région de la Baie-James.

Pour l’occasion, MM. Landry et Moses étaient accompagnés de M. Rémy Trudel, ministre d’État à la Population et aux Affaires autochtones, de M. Gilles Baril, ministre d’État aux Ressources naturelles et aux Régions, de M. Michel Létourneau, ministre délégué au Développement du Nord québécois. Étaient également présents les chefs des neuf communautés cries : le chef Abraham Rupert de Chisasibi, le chef Edward Gilpin Jr d’Eastmain, le chef John Longchap de Mistissini, le chef George Wapache de Nemiscau, le chef Sam R. Bosum d’Oujé-Bougoumou, le chef Robert Weistche de Waskaganish, le chef Paul Gull de Waswanipi, le chef Reggie Mark de Wemindji et le chef David Masty de Whapmagoostui.

« La signature de cette entente entre nos deux peuples pave la voie à une collaboration basée sur le respect mutuel, le dialogue et la confiance. À plusieurs égards, nos deux nations innovent et font figure de précurseurs. En effet, les regards de plusieurs pays sont déjà tournés vers nous. Voilà une occasion unique de leur démontrer notre volonté et notre détermination à faire de ce partenariat une réussite exemplaire », a déclaré le premier ministre.

« La nation crie entre dans le 21e siècle avec un nouvel esprit et de nombreux défis. L’entente signée aujourd’hui représente l’aboutissement de la lutte des Cris pour la reconnaissance de leurs droits. Le premier ministre Bernard Landry et moi-même avons décidé de mettre de côté le poids de l’Histoire afin de développer ensemble une relation plus harmonieuse », a déclaré M. Ted Moses.

Établir une nouvelle relation de nation à nation

Conformément à l’accord de principe du 23 octobre dernier, l’entente porte sur l’établissement d’une nouvelle relation entre les deux nations et prévoit une plus grande prise en charge, par les Cris, de leur développement économique et communautaire. Cette entente vise aussi la réalisation de projets majeurs de développement hydroélectrique sur le territoire de la Baie-James ainsi que l’harmonisation des activités forestières avec les activités traditionnelles des Cris. De plus, elle assure le retrait des poursuites judiciaires de plusieurs milliards de dollars actuellement devant les tribunaux. Dans le même esprit, les Cris s’engagent à ne pas intenter contre le Québec d’autres recours relatifs à l’application passée de la CBJNQ.

Cette entente a été appuyée par tous les chefs des communautés. Ce sont 70 % des Cris qui ont appuyé l’entente dans le cadre des référendums tenus dans chacun des villages.

Favoriser le développement économique de la région de la Baie-James et de tout le Québec

Cette entente donne le coup d’envoi aux plus grands travaux hydroélectriques depuis les années 1980. Les travaux de la centrale Eastmain 1 débuteront dès le mois d’avril prochain. Au même moment, les étapes devant conduire au projet Eastmain 1-A/Rupert (dérivation) seront initiées. Les deux projets permettront la réalisation de 4 milliards de dollars d’investissements dans la région et procureront de l’emploi à 10 500 personnes au cours des neuf prochaines années. La mise en œuvre de ces grands chantiers sera réalisée grâce à un nouvel esprit de collaboration et entraînera des retombées économiques majeures pour plusieurs entreprises cries et québécoises.

Au chapitre de la foresterie, cette entente prévoit une participation accrue des communautés cries dans la mise en valeur des ressources forestières. Cette participation prendra forme notamment par la mise en place du Conseil Cris-Québec sur la foresterie et de groupes de travail conjoints, au niveau des communautés concernées, chargés de voir à l’implantation des différentes modalités prévues à l’Entente. De plus, l’introduction de mesures particulières facilitera une meilleure prise en considération du mode de vie des Cris.

Assurer une plus grande prise en charge par les Cris de leur développement

Des engagements du Québec découlant de la CBJNQ relatifs au développement économique et communautaire des Cris seront dorénavant pris en charge par ceux-ci. Dans le but de leur permettre d’assumer ces nouvelles responsabilités, le gouvernement du Québec s’engage à verser une somme de 23 millions de dollars en 2002-2003, de 46 millions de dollars en 2003-2004 et de 70 millions de dollars en 2004-2005. Par la suite, cette contribution sera indexée selon une formule qui reflétera l’évolution de l’activité économique sur le territoire visé dans les secteurs de l’hydroélectricité, de la foresterie et des mines.

Cette entente historique marque un virage fondamental au plan des collaborations futures et des partenariats qu'entendent établir le Québec et les Cris en ce qui concerne l’exploitation et le développement des ressources naturelles sur le territoire conventionné de la Baie-James.

- 30 -

Sources :

Hubert Bolduc
Attaché de presse
Cabinet du premier ministre
Tél. : (418) 643-5321

Roméo Saganash
Directeur des relations avec le Québec
Grand Conseil des Cris
Tél. : (418) 564-1598

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Dernière mise à jour :
Mise en ligne :