Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec Recherche English
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones
Accueil > Centre de presse > Communiqués > 2005 > Communiqué du 1er avril 2005

Négociations entre le gouvernement du Québec et les Algonquins de Longue Pointe et de Lac Simon

Les ministres Geoffrey Kelley et Pierre Corbeil font le point sur la situation

Le 1er avril 2005 - Le ministre délégué aux Affaires autochtones, M. Geoffrey Kelley, et le ministre des Ressources naturelles et de la Faune et ministre responsable de la région de l'Abitibi-Témiscamingue et de la région du Nord-du-Québec et député d'Abitibi-Est, M. Pierre Corbeil, ont fait le point au sujet des récents développements dans le dossier des négociations entre le gouvernement du Québec et les communautés algonquines de Longue Pointe et de Lac Simon.

Le 30 mars 2005, les parties ont conclu une entente visant à convenir d'un processus de négociation pour trouver une solution durable à la problématique liée à la participation des communautés algonquines à l'exploitation et à la mise en valeur des ressources naturelles de l'Abitibi-Témiscamingue. Cette entente prévoyait notamment la négociation et la conclusion d'une entente intérimaire avant le 31 mars à 18 h. Cette entente devait d'ailleurs permettre la mise en place progressive de mesuresd'harmonisation.

Malgré la tenue de discussions soutenues et les efforts investis par le gouvernement du Québec, l'entente intérimaire n'a pu être conclue à l'échéance convenue. Afin d'éviter une rupture du dialogue entre les parties, les ministres Kelley et Corbeil souhaitent poursuivre les discussions au cours des prochains jours afin d'en arriver à un accord.

«Bien que l'échéance fixée pour conclure une entente intérimaire soit échue, moi et mon collègue, le ministre Corbeil, considérons que le dialogue n'est pas encore rompu. Je me suis personnellement engagé envers les chefs Mathias et Pien à maintenir le contact avec eux et je les invite à poursuivre les pourparlers. Nous croyons en la bonne foi de chacun pour que nous puissions, ensemble, régler nos différends, et travailler de concert pour que les communautés puissent participer à l'essor économique de la région», a souligné le ministre Kelley.

Le ministre Corbeil, pour sa part, a annoncé : «Dans les circonstances, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune, conformément à son mandat et en toute équité, se doit d'émettre, dès aujourd'hui, un certain nombre de permis d'exploitation forestière pour permettre aux détenteurs de contrats d'approvisionnement et d'aménagement forestier (CAAF) d'assurer la continuité des travaux pour approvisionner leurs usines». Toutefois, ces permis sont délivrés pour permettre les opérations durant les trois prochains mois. Par ce geste, le ministre veut permettre à la négociation de suivre son cours tout en maintenant les opérations là où cela est requis.

Ces permis sont entre autres destinés aux détenteurs de CAAF suivants : Domtar (Val-d'Or, Malartic et Lebel-sur-Quévillon); Tembec (La Sarre, Béarn, Senneterrre, Taschereau); Commonwealth Plywood (Belleterre); Bois Oméga (Lac Supérieur); Norbord (La Sarre, Val-d'Or), Produits forestiers et miniers Abitibi (Malartic), CDEX (Val-d'Or), Compagnie Abitibi-Consolidated du Canada (Champneuf et Comtois); Scierie Landrienne (Amos); Scierie Gallichan (Amos); Matériaux Blanchet.

«La poursuite des opérations forestières, une des activités économiques les plus importantes de la région de l'Abitibi-Témiscamingue, bénéficiera à toutes les communautés de la région. La continuité des processus de production est donc nécessaire», a insisté le ministre Corbeil.

Rappelons qu'en août 2004, les Algonquins de Longue Pointe et de Lac Simon avaient intensifié leurs moyens de pression dans le dossier, ralentissant du même coup le déroulement des activités forestières dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue. Depuis, le gouvernement du Québec, conformément à la décision de la Cour suprême, a continué à multiplier les actions afin de consulter les deux communautés autochtones visées au sujet des plans annuels d'aménagement forestier en vue de rétablir le dialogue et de rapprocher les parties, et ce, dans le but de trouver une solution durable à la problématique vécue.

-30-

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166

Mise en ligne : 1er avril 2005