Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec Recherche English
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones
Accueil > Centre de presse > Communiqués > 2011 > 15 novembre 2011

Le ministre Kelley et la ministre St-Pierre participent à l'inauguration d'un institut culturel cri à Oujé-Bougoumou

Oujé-Bougoumou, le 15 novembre 2011. – Aujourd’hui, le ministre responsable des Affaires autochtones, M. Geoffrey Kelley, et la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, se sont rendus à Oujé-Bougoumou pour inaugurer l’Institut culturel cri Aanischaaukamikw. Le grand chef du Grand Conseil des Cris, M. Matthew Coon Come, le chef du Conseil des Cris d'Oujé-Bougoumou, M. Reegie Neeposh, ainsi que la présidente de l’Institut, Mme Dianne Ottereyes Reid, participaient également à cet événement.

« Attendu depuis longtemps, cet institut contribuera de manière notable à la préservation du patrimoine cri et à son rayonnement. L’édifice est à l’image de la culture crie, merveilleusement bien intégré dans son environnement et possédant un caractère évocateur très fort. Je suis persuadé que cette institution muséale deviendra un solide point d’ancrage pour l’ensemble de la nation crie et un attrait touristique majeur pour la région», a indiqué le ministre Kelley.

En vertu de différents protocoles d’entente conclus en 1998 et 2001, le Secrétariat aux affaires autochtones a accordé une aide financière totale de 6,25 millions de dollars en guise de soutien au projet. Pour la construction de cette colossale infrastructure, les Cris ont notamment fait appel à l’architecte Douglas Cardinal, celui-là même qui avait préparé le plan directeur et conçu les principaux édifices publics du village d’Oujé-Bougoumou au début des années 1990. L’aspect général du bâtiment rappelle à la fois le wigwam, l’habitat traditionnel des Cris, et celui de la « maison longue », structure typique des lieux de rassemblement communautaires amérindiens. Quant à l’intérieur, il évoque, pour les uns, la cage thoracique d’un animal, pour les autres, la structure d’un canot renversé.

Le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine verse pour sa part une somme de 275 000 $ pour l’aménagement à l’institut d’une exposition permanente dont l’ouverture est prévue en juin 2012.

« L’Institut culturel cri est appelé à devenir un pôle culturel majeur pour la nation crie et aussi pour le rayonnement de l’héritage autochtone du Québec à l’échelle internationale. Cette exposition promet d’être un fascinant panorama mettant en valeur les riches éléments de l’histoire et du patrimoine de cette grande nation », a déclaré la ministre St-Pierre.

L’institut respecte les normes internationales qui régissent les musées et il est à la fine pointe de la technologie, notamment sur le plan de l’interactivité. Des conservateurs et des archéologues pourront en effet interagir avec les visiteurs. En plus du musée, l’immeuble abrite un centre de documentation et de recherche, un espace public de rassemblement, ainsi que plusieurs salles de classe et bureaux. On y trouve aussi une salle de démonstration comprenant des emplacements intérieurs et extérieurs qui serviront à l’enseignement du savoir traditionnel cri.

Le village d’Oujé-Bougoumou est l’endroit tout désigné pour accueillir cet établissement muséal. Situé entre les villes de Chibougamau et de Chapais, il est facilement accessible pour les huit autres communautés cries de la région du Nord-du-Québec et pour l’ensemble des visiteurs.

– 30 –

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166



Mise en ligne : 15 novembre 2011