Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec Recherche English
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones

Communauté algonquine de Lac-Simon

Le ministre Corbeil annonce l'implantation d'un programme pour contrer la violence à l'école Amikobi

Val-d’Or, le 3 février 2012. – Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable des régions de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec et député d’Abitibi-Est, M. Pierre Corbeil, annonce, au nom du ministre responsable des Affaires autochtones, M. Geoffrey Kelley, une aide financière de 3 250 dollars au Conseil de la nation Anishnabe de Lac-Simon, pour faciliter l’implantation du programme « Branchons-nous sur les rapports de force : une solution à la violence » à l’école Amikobi.

« Ce partenariat entre l’école, la communauté et le gouvernement dans le programme Branchons-nous, montre la volonté de tous de prendre en main le présent et l’avenir des élèves et de la communauté. Je suis très heureux que le gouvernement soit partie prenante de cette démarche », a  déclaré le ministre Corbeil.

Axé sur la promotion du respect, ce programme vise à favoriser l’établissement de rapports sociaux égalitaires entre les élèves. Il doit aussi prévenir, chez les 5 à 12 ans, la violence sous toutes ses formes et plus particulièrement la violence proactive comme l’intimidation, le taxage et le harcèlement psychologique. C’est une approche globale qui prévoit une intervention cohérente des différents acteurs pour rééquilibrer le pouvoir en responsabilisant les agresseurs et leurs complices, en soutenant les victimes et en sensibilisant d’éventuels témoins au rôle qu’ils peuvent jouer.

« Je suis persuadé que cette démarche sera bénéfique à l’ensemble des élèves de l’école Amikobi et qu’elle assurera des retombées positives dans l’ensemble de la communauté. Mieux outillés grâce au programme Branchons-nous, le personnel de l’école, les élèves et les parents deviendront de véritables ambassadeurs de rapports égalitaires dans leurs différents milieux de vie, en commençant par l’école », a déclaré le ministre Kelley.

Un des volets du programme porte sur la distinction fondamentale entre les « chicanes d’enfants » ou conflits sans conséquence et les situations potentiellement explosives où la stratégie de l’un consiste à exercer son pouvoir sur l’autre de manière systématique. Il s’agit aussi, pour l’ensemble des intervenants, d’apprendre à décoder la violence qui s’exprime dans des manœuvres comme le taxage, l’intimidation, le harcèlement et l’agression physique, de manière à pouvoir la contrer par des interventions adéquates.

L’aide financière accordée par le Secrétariat aux affaires autochtones permettra l’achat du matériel nécessaire à la formation et aux ateliers. Elle servira également à rémunérer les formateurs, animateurs et personnes-ressources, et à couvrir les dépenses liées à leurs déplacements entre Val-d’Or et Lac-Simon.

– 30 –

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Mise en ligne : 3 février 2012