Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec Recherche English
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones
Accueil > Centre de presse > Communiqués > 2016 > 18 novembre 2016

Rapport du Directeur des poursuites criminelles et pénales sur les allégations de violence policière à Val-d’Or

L’amélioration des conditions de vie des femmes autochtones au cœur des priorités du Gouvernement du Québec

Québec, le 18 novembre 2016. – Le ministre responsable des Affaires autochtones, M. Geoffrey Kelley, la vice-première ministre et ministre responsable de la Condition féminine, Mme Lise Thériault, le ministre de la Sécurité publique, M. Martin Coiteux, la ministre de la Justice, Mme Stéphanie Vallée,  la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Mme Lucie Charlebois, et député d’Abitibi-Est, M. Guy Bourgeois, ont tenu à faire le point à la suite du dépôt du rapport du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) sur les allégations de violence policière à Val-d’Or.

« Vous comprendrez que nous ne commenterons pas la décision du DPCP de déposer ou non des accusations, puisqu’il s’agit d’une instance indépendante et que la décision lui appartient. Mais au-delà de ses conclusions, nous sommes pleinement conscients qu’il y a une perspective plus large à considérer. Depuis les révélations des évènements, en octobre 2015, nous avons déployé un bon nombre de mesures concrètes pour aider les femmes autochtones. En parallèle, le Gouvernement du Québec a adopté un décret qui offrira à la commission d’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées les pleins pouvoirs afin qu’elle se penche sur les causes systémiques de violence et sur les relations entre les communautés et les services de police. Nous continuerons à travailler étroitement avec nos partenaires autochtones, puisque nous partageons toutes et tous la même priorité, soit d’améliorer les conditions de vie des femmes autochtones », a déclaré le ministre Kelley.

« Le Gouvernement du Québec dénonce avec véhémence toutes les formes de violence faite aux femmes, qu’elles soient autochtones ou non-autochtones. Les femmes doivent se sentir en sécurité partout sur le territoire québécois. Je tiens à réitérer mon soutien à toutes les femmes qui ont le courage de dénoncer la violence dont elles s'estiment victimes et à rappeler que des ressources d'accompagnement existent et demeurent à leur disposition », a fait savoir la ministre Thériault.

La ministre Vallée a tenu à rappeler que « le gouvernement a mis en place plusieurs mesures pour accompagner, appuyer et soutenir les femmes autochtones touchées. Les Centres d’aide aux victimes d’actes criminels se sont immédiatement mobilisés sur le terrain pour continuer à offrir des services de première ligne, gratuits et confidentiels, ainsi qu'un soutien juridique et psychologique adapté aux réalités et aux besoins des victimes. Soyez assurés que nous allons continuer notre travail sur le terrain ».

De son côté, le ministre Coiteux a tenu à souligner : « Nous souhaitons toujours faire mieux pour améliorer les conditions de vie des Autochtones, tout particulièrement celles des femmes afin qu'elles puissent se sentir en sécurité. Au cours des derniers mois, nous avons multiplié les initiatives visant à rassurer ces femmes. Ainsi, le gouvernement a mis en place des mesures pour rétablir le lien de confiance entre les communautés autochtones et les corps policiers. À cet effet, nous en profitons pour réitérer notre proposition de créer une table de travail sur la qualité des relations entre les corps de police et les Autochtones au Québec, afin que nous puissions travailler ensemble autour d'enjeux sociaux qui nous préoccupent toutes et tous. »

Pour sa part, la ministre Lucie Charlebois a tenu à souligner que « nous sommes très sensibles à la situation et nous tenons à offrir tout le soutien nécessaire à ces femmes qui traversent une période difficile. Nous avons déployé et bonifié les ressources d'accompagnement afin de porter assistance de façon adéquate aux personnes qui en ressentent le besoin ».

Enfin, le député d’Abitibi-Est, M. Guy Bourgeois, a ajouté : « Outre les solutions déployées par notre gouvernement afin d’accompagner les femmes autochtones et allochtones dans leurs démarches, plusieurs actions provenant des acteurs socioéconomiques de la région de Val-d’Or ont été mises de l’avant. Ces derniers démontrent ainsi l’importance qu’ils accordent au maintien d’une bonne relation avec les membres des communautés autochtones ainsi qu’au travail terrain visant à améliorer le lien de confiance. Cependant, notre gouvernement entend bien continuer à être à l’écoute afin de trouver des solutions porteuses. »

Le Gouvernement du Québec a également pris connaissance du rapport de l’observatrice indépendante, Me Fannie Lafontaine, et il entend mettre de l'avant certaines de ses recommandations et pistes de solution. De ce fait, il importe de souligner que des travaux sont également en cours pour mener des consultations sur la question du racisme et de la discrimination, notamment envers les communautés autochtones. 

– 30 –

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Mise en ligne : 18 novembre 2016