Retour à l'accueil Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre Recherche English Site du Ministre du Conseil Exécutif - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones

À l'occasion de la cérémonie de canonisation de la bienheureuse Kateri Tekakwitha

Rome (Cercle des Officiers des Forces Armées d'Italie), le 22 octobre 2012

(La version prononcée fait foi.)

Éminences, Excellences,
Madame l'Ambassadeure du Canada près le Saint-Siège,
Monsieur le Grand Chef,
Mesdames et Messieurs les Chefs et autres représentants des Premières Nations,
Tous les membres des délégations québécoise et canadienne,

Distingués invités,

À mon tour, je vous remercie, toutes et tous, d'avoir répondu à notre invitation.

Hier matin, sur la magnifique place Saint-Pierre ensoleillée, nous avons assisté à un événement très solennel : la cérémonie de canonisation de Kateri Tekakwitha.

Décédée au 17e siècle à l'âge de seulement 24 ans, cette fille d'un Chef Mohawk et d'une mère algonquine catholique est devenue, hier, la première sainte autochtone de l'Amérique du Nord.

Le « Lys des Mohawks », comme on la surnomme, vient donc de faire son entrée au panthéon des Saints de l'Église catholique. Elle est désormais un modèle universel pour l'ensemble des croyants de la chrétienneté à travers le monde. C'est un acte très significatif que vient de poser l'Église. Ayant été élevée dans la tradition catholique, cette cérémonie, au terme de laquelle j'ai même eu la chance de saluer sa Sainteté le Pape Benoît XVI, m'a beaucoup émue.

En tant que ministre déléguée aux Affaires autochtones, je suis très fière d'avoir représenté le gouvernement du Québec lors de cette canonisation, et ce, pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, comme vous le savez, Kateri Tekakwitha a vécu une partie de sa courte vie en Nouvelle-France et son tombeau se trouve à Kahnawake, en banlieue de Montréal. En ce sens, Sainte Kateri fait partie de l'histoire du Québec. Je profite de l'occasion pour saluer le Grand Chef du Conseil des Mohawks de Kahnawake, M. Michael Delisle, ainsi que les autres Chefs Mohawks ici présents.

D'autre part, la vie de Kateri Tekakwitha incarne à la fois l'héritage culturel des Premières Nations et notre tradition catholique. Cela témoigne de la cohabitation de nos nations sur le territoire nord-américain. Il est vrai que cette cohabitation n'a pas toujours été facile et a connu sa part de tourments. Malgré tout, le gouvernement du Québec mise sur une relation de nation à nations avec les communautés autochtones, basée sur le dialogue et le respect, et souhaite les appuyer dans leur développement économique, social et culturel.

Enfin, il me semble que cette canonisation offre une occasion exceptionnelle de rayonnement pour les cultures autochtones d'Amérique du Nord.  Et en tant que ministre, je compte favoriser ce rayonnement en mettant en valeur les différentes nations autochtones du Québec sur la scène internationale. Je souhaite y parvenir en mettant à contribution le réseau des délégations du Québec à l'étranger, comme celle de Rome. J’en profite pour saluer l’excellent travail de la déléguée du Québec à Rome, madame Daniela Renosto, qui a développé une excellente complicité avec l’ambassadeur du Canada près le Saint-Siège, madame Anne Leahy. Merci pour votre bel accueil.

Par ailleurs, au-delà de nos présences gouvernementales  officielles – celles du Québec, du Canada et des États-Unis –,  la cérémonie de canonisation a pris tout son sens par la présence de plus d'un millier d'Autochtones qui se sont déplacés pour l'occasion.

À mes yeux, le rituel auquel nous avons participé symbolise le rapprochement qui doit exister avec les Autochtones. Bien qu'ancrés dans une société laïque, les Québécoises et les Québécois sont en mesure d'apprécier, à travers cette canonisation, le témoignage d'une vie d'exception. Sainte Kateri Tekakwitha est un modèle qui, ne serait-ce que sur le plan humain, doit nous inspirer.

À l'issue de la cérémonie de canonisation, j'ai en effet rencontré le Pape lors d'un bref entretien. Cette rencontre m'a permis de constater la qualité d'écoute du Saint-Père. En effet, j'ai été impressionnée par l'intensité de son regard ainsi que par l'attention qu'il porte à son interlocuteur.

Ses quelques instants m’ont fait changer ma perception et m’ont permis de mieux connaître la vraie nature de Benoît XVI.

À l’ère des communications rapides et virtuelles, je me permets de dire qu’il est important de revenir à l’essentiel. La connaissance de l’autre, que l’on obtient au contact d’une poignée de mains et d’un regard, est inestimable.

En somme, la cérémonie de canonisation ainsi que ma rencontre avec le Pape Benoît XVI m’ont rappelé l’importance  des échanges de personne à personne. Un dialogue est d’autant plus constructif lorsqu’il est conjugué à des bases solides et une compréhension mutuelle.

Je vous remercie.

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Mise en ligne : 25 octobre 2012