Retour à l'accueil Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre Recherche English Site du Ministre du Conseil Exécutif - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones

Allocution de Mme Élizabeth Larouche, ministre déléguée aux Affaires autochtones
Participation à la Commission de vérité et réconciliation

Le 25 avril 2013

(La version prononcée fait foi.)

J’aimerais exprimer toute ma reconnaissance à l’ainé, monsieur John Cree, et à tous les autres ainés ici présents.

Merci à la communauté mohawk de nous accueillir sur son territoire,

Madame et messieurs les commissaires,

Mesdames et messieurs les survivants des pensionnats,

Mesdames et messieurs les témoins d’honneurs,

Mesdames et messieurs,

Il me fait plaisir d’être parmi vous cet après-midi. En tant que ministre déléguée aux Affaires autochtones, c’est un moment que j’attendais avec impatience, car je voulais, à mon tour, partager ma sollicitude et ma compassion envers vous tous.

L’événement des pensionnats indiens a eu des répercussions dramatiques sur les peuples autochtones, et ce, à de nombreux égards. Leur culture, leur langue, leur identité et leurs relations familiales et sociales ont été plus qu’ébranlées par cette période sombre de notre histoire.

Le gouvernement du Québec reconnait les impacts des pensionnats autochtones et l’importance du processus de réconciliation entamé par la Commission de vérité et réconciliation.

Je tiens d’ailleurs à féliciter la Commission pour son travail acharné des dernières années, travail effectué avec passion et dévouement dans un objectif de guérison non seulement des communautés autochtones, mais de la population en général.

Cet événement d’envergure est l’occasion pour la population du Québec de mieux connaitre le système des pensionnats indiens ainsi que l’expérience et les séquelles vécues par les anciens élèves et leurs familles.

Dévoiler ce passé n’a rien d’un exercice facile. Mais l’ignorer serait inacceptable. Ce serait perpétuer l’injustice et la discrimination.

Nous ne voulons plus de cela.

Les enfants autochtones avaient-ils fait des gestes répréhensibles, commis des crimes? Non. Ils étaient tout simplement innocents. Ils ont subi de la violence sous toutes ses formes. Une violence que seule peut amener l’ignorance des plus grands, ceux en qui normalement, ces enfants auraient dû avoir confiance.

J’ai de la difficulté à imaginer une épreuve plus douloureuse pour une famille que celle d’être séparée de son enfant sous prétexte de lui donner une éducation, alors qu’il s’agissait en fait de l’assimiler à la culture dominante.

J’ai la profonde conviction que la réconciliation est l’unique voie pour que s’ouvre une ère faite de compréhension et de respect à l’égard des Autochtones.

Le gouvernement du Québec fera sa part pour faciliter le rapprochement entre nos nations. Je serai extrêmement attentive aux témoignages qui seront livrés et aux recommandations qui seront élaborées par la Commission.

Le Secrétariat aux affaires autochtones élaborera également un plan d’action pour contrer le racisme et la discrimination envers les Autochtones. De plus, je me suis engagée à instaurer un Mois de l’histoire des Autochtones afin de souligner l’importance de la culture des peuples autochtones du Québec.

En terminant, j’aimerais saluer le courage de tous les Autochtones qui livrent leur témoignage. Vos voix méritent d’être entendues et soyez certains que je me ferai l’écho de vos récits auprès de mes collègues de l’Assemblée nationale du Québec.

L’ouverture à l’autre, l’échange et la communication sont les clés de la réussite pour poursuivre nos relations harmonieuses, de nation à nation.

Merci de votre attention.
Aujourd’hui et dans le contexte de cet événement, je vous présente la motion présentée mardi dernier à l’Assemblée nationale et adoptée à l’unanimité :

« Que l’Assemblée nationale salue le processus visant la réconciliation entre les familles autochtones, les collectivités, les Églises, les gouvernements et les Canadiens, mis en place par la Commission de vérité et de réconciliation et visant à informer la population sur l’histoire des pensionnats indiens et ses conséquences sur les enfants autochtones;

« Qu’elle manifeste sa solidarité à l’égard de tous les Autochtones ayant subi des répercussions culturelles, linguistiques et identitaires liées à la fréquentation des pensionnats au Québec;

« Qu’elle souligne la force et la persévérance de ces enfants qui, aujourd’hui devenus adultes, souhaitent échanger entre eux et dévoiler leur vécu au grand jour en vue de guérir leurs blessures et de voir leur histoire reconnue;

« Qu’elle formule le souhait que la démarche de la Commission de vérité et de réconciliation nous renvoie à notre devoir de mémoire et nourrisse une réflexion collective en ce qui a trait à l’inadmissibilité de telles injustices;

« Et qu’elle réitère les valeurs qui unissent tous les Québécois afin de poursuivre le développement de relations harmonieuses entre Autochtones et allochtones. »

Merci.

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Mise à jour : 26 avril 2013
Mise en ligne : 22 avril 2013