Retour à l'accueil Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre Recherche English Site du Ministre du Conseil Exécutif - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones

Allocution de Mme Élizabeth Larouche, ministre déléguée aux Affaires autochtones, à l’occasion de l’adoption du projet de loi no 42

Le 13 juin 2013

(La version prononcée fait foi.)

Monsieur le Grand Chef du Grand Conseil des Cris,
Monsieur le Grand Chef adjoint du Grand Conseil des Cris,
Madame la Mairesse de la Ville de Chibougamau,
Monsieur le Maire de la Ville de Chapais,

Monsieur le Ministre délégué aux Régions,
Monsieur le Député d’Ungava et Adjoint parlementaire à la ministre des Ressources naturelles (volet affaires nordiques),

Mesdames,
Messieurs,

Je suis fière d’être ici aujourd’hui, et de participer à ce nouveau tournant de la relation entre le gouvernement du Québec et la nation crie.

Au cours des dernières décennies, notre relation s’est intensifiée, favorisant ainsi la progression sociale et économique de nos deux nations. Elle a connu des hauts et des bas, bien sûr. Mais aujourd’hui, elle franchit une nouvelle étape, avec l’adoption de la loi mettant en place le Gouvernement régional Eeyou Istchee Baie-James.

Que de chemin parcouru!

En 1975, le Québec et les Cris ont signé la Convention de la Baie-James et du Nord québécois; une page importante de notre histoire commune.

Cette convention permettait essentiellement d’agir sur quatre plans :

  • octroyer à la nation crie des droits concernant la propriété de certaines terres, ainsi que des droits exclusifs en matière de chasse, de pêche et de piégeage;
  • contribuer à l’autonomie gouvernementale, par la création de différentes organisations publiques gérées par la nation crie;
  • renforcer les relations institutionnelles entre les Cris et le gouvernement du Québec;
  • organiser un territoire d’une superficie d’environ un million de kilomètres carrés, s’étendant du 48e au 62e parallèle.

Bien sûr, la mise en œuvre de ce traité ne s’est pas faite sans heurts, mais les difficultés rencontrées ont servi de catalyseur pour hisser nos relations vers d’autres sommets.

Ainsi, en 2002, le premier ministre, Bernard Landry, et le grand chef, Ted Moses, signaient l’entente sur la nouvelle relation, mieux connue sous l’appellation « La paix des braves ».

Celle-ci a pavé la voie au développement des ressources naturelles en respect du mode de vie traditionnel de la nation crie, en plus d’assurer une plus grande participation des Cris au développement du territoire.

« La paix des braves » nous a permis de poursuivre nos discussions jusqu’à la signature de l’Entente sur la gouvernance dans le territoire d’Eeyou Istchee Baie-James, en juillet 2012.
Jamais auparavant, les Cris et les Jamésiens n’avaient atteint ce niveau de coopération et de collaboration.

Ce gouvernement régional constituera la toute première structure de gestion municipale, prévoyant explicitement une représentation autochtone et non autochtone.

La mise en place de cette structure est une étape importante dans la nouvelle relation de nation à nation que nous avons établie; cette relation qui se veut ouverte, respectueuse, tout en favorisant une plus grande participation de la nation crie dans son propre développement.
Je vous remercie de votre attention, et je passe la parole à mon collègue député, M. Luc Ferland.

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Online as of: June 14, 2013