Retour à l'accueil Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre Recherche English Site du Ministre du Conseil Exécutif - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones

Allocution de Mme Élizabeth Larouche, ministre déléguée aux Affaires autochtones à l'occasion de la Commémoration du pensionnat indien Saint-Marc-de-Figuery

Le 8 août 2013

(Salutations d’usage),

J’aimerais d’abord remercier très chaleureusement les membres du comité organisateur de m’avoir invitée à cette cérémonie d’ouverture et aux activités entourant la Commémoration 2013 des anciens du pensionnat de Saint-Marc-de-Figuery.

C’est un honneur pour moi d’être parmi vous aujourd’hui.

L’événement des pensionnats a eu des répercussions dramatiques sur les peuples autochtones, et ce, à tous les niveaux. Au Québec, entre 1870 et 1996, des milliers d’enfants autochtones ont été déracinés de leur milieu de vie pour être scolarisés dans des institutions dont un des buts avoués était l’assimilation. Le pensionnat indien de Saint-Marc-de-Figuery était l’un d’eux. Il sera actif pendant presque vingt ans, à quelques kilomètres d’ici. Il accueillera plus d’un millier de jeunes.

Ces événements ont marqué cette période de l’histoire de l’Abitibi. Étant moi-même native d’ici, vous me voyez profondément touchée par les souffrances imposées aux enfants autochtones de la région et de tous les autres venus d’ailleurs. Je suis cependant rassurée de constater que parmi les ressortissants du pensionnat de St-Marc-de-Figuery, il existe des gens résilients qui ont réussi à conserver leur langue et leur culture et qui ont encore ce désir de les transmettre aux générations montantes. Si la fierté de leur origine et de leur appartenance autochtone a pu être ébranlée, elle ne l’a pas été à perpétuité.

J’ai eu l’occasion, à l’hiver et au printemps dernier, de participer aux rencontres de la Commission de vérité et réconciliation. J’ai été témoin de moments très difficiles vécus par les personnes qui sont venues faire part des traitements qu’ils avaient reçus, très injustement, alors qu’ils n’étaient que des enfants. J’ai entendu des témoignages troublants, qui faisaient ressortir tout un pan honteux de notre histoire commune; qui exposaient au grand jour la capacité de l’humain à être injuste et discriminatoire.

J’ai écouté ces témoignages avec empathie et compassion. Mes valeurs ont été ébranlées. Mais ces témoignages m’ont aussi donné une fougue et une détermination en vue de me battre afin que soient prises les mesures nécessaires pour vous accompagner dans cette épreuve menant à la guérison, dans les limites des champs de compétence du gouvernement du Québec.

La Commission de vérité et réconciliation a été l’occasion pour la population de mieux connaître le système des pensionnats indiens, l’expérience des anciens élèves et de leurs familles, et les séquelles que ces établissements ont laissées dans les collectivités autochtones.

Les activités d’éducation et de sensibilisation permettent de faire la lumière sur les répercussions que ces institutions ont eues sur vous et sur les traumatismes intergénérationnels.

Bien sûr, les activités comme celle d’aujourd’hui comportent une importante charge émotive. Mais elles sont nécessaires. La commémoration des anciens du pensionnat de Saint-Marc-de-Figuery permettra sans doute de laisser exprimer vos sentiments et de vous engager dans un processus de guérison.

Nous ne pourrons pas réécrire l’histoire collective et individuelle, ni effacer entièrement les cicatrices laissées par la maltraitance. Mais en faisant en sorte que vos expériences soient entendues, en faisant connaître ce triste pan de notre histoire, d’une certaine manière, nous nous approcherons d’un sentiment de justice rendue, et nous pourrons bâtir ensemble le Québec uni et respectueux dont nous rêvons, pour nous et les générations futures.

La mission du Secrétariat aux affaires autochtones est de consolider les relations entre le gouvernement, les Autochtones et la population en général. Nous mettons tout en œuvre pour que nos liens soient faits de confiance et de respect mutuels.

Le printemps dernier, je me suis engagée, et j’ai engagé avec moi toute une équipe travaillant au Secrétariat aux affaires autochtones, à aller plus loin dans le rapprochement de nos peuples. Des travaux de mon Secrétariat ont été initiés afin d’élaborer un plan d’action pour contrer le racisme et la discrimination envers les Autochtones. C’est en expliquant l’histoire des Premières Nations et des Inuits que diminueront le racisme et la discrimination pour faire place à l’ouverture et au rapprochement.

D’ailleurs, je suis très heureuse d’avoir déposé un projet de loi instaurant le Mois des Autochtones.

J’espère de tout cœur que les activités de la Commémoration 2013 des anciens du pensionnat de Saint-Marc-de-Figuery poseront les jalons d’une réconciliation entre nos peuples.

Je vous remercie.


  • La ministre déléguée aux Affaires autochtones, Mme Élizabeth Larouche


Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Mise en ligne : 9 août 2013