Retour à l'accueil Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre Recherche English Site du Ministre du Conseil Exécutif - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones

Allocution de Mme Élizabeth Larouche, ministre déléguée aux Affaires autochtones lors de l'annonce du plan d'action gouvernemental pour contrer le racisme et la discrimination à l'endroit des autochtones du Québec

Québec, le 5 novembre 2013

Monsieur Ghislain Picard, Chef régional de l’Assemblée
des Premières Nations du Québec et du Labrador,

Mesdames et Messieurs les Chefs,

Mesdames et Messieurs les représentants des communautés
autochtones,

Mesdames et Messieurs les dirigeants et représentants
d’organisations autochtones et de la société civile,

Mesdames et Messieurs les représentants des ministères et
organismes du gouvernement du Québec,

Distingués invités,

Chers amis,

Bonjour et bienvenue à toutes et à tous,

J’aimerais d’abord vous remercier de vous être déplacés pour participer à ces deux journées de consultation, et ce, malgré vos horaires chargés. Je suis bien consciente de l’importance du travail que vous effectuez au quotidien dans vos communautés et dans vos organisations respectives. Je me joins à vous et je m’engage à travailler vigoureusement à l’amélioration de la qualité de vie des Autochtones du Québec.

Nous sommes réunis aujourd’hui pour discuter d’une question sensible, une question qui compromet la qualité des rapports entre individus ainsi que l’épanouissement des communautés. Le racisme et la discrimination affectent profondément la relation que l’humain entretient avec l’« autre », avec la différence de l’« autre ». Le racisme et la discrimination contaminent la conscience collective tout en s’enracinant dans l’imaginaire des individus.

Il est impossible d’aborder cette problématique sans envisager ses dimensions culturelles, historiques et identitaires. C’est donc un phénomène complexe auquel nous voulons nous attaquer; et c’est un exercice difficile auquel vous avez été conviés. Aujourd’hui, nous lançons un chantier qui marquera la lutte contre les stéréotypes et l’ignorance que, malheureusement, trop d’Autochtones du Québec vivent encore. C’est un chantier ambitieux, je le reconnais, mais il est nécessaire. En effet, je crois que la discrimination forme le principal obstacle à l’épanouissement des Autochtones au sein de notre société.

Notre défi est grand, nous le savons bien, et la lutte sera longue. Les préjugés sont tenaces, mais je suis convaincue que l’élaboration d’un plan d’action qui comprendra des mesures concrètes constituera un véritable pas en avant vers l’égalité pour les Premières Nations et les Inuits du Québec.

En 1983, l’Assemblée nationale adoptait quinze principes qui fondent, depuis, les relations que le gouvernement du Québec veut entretenir avec les Autochtones. Le plus important de ces principes reconnaît que les peuples autochtones du Québec forment des nations distinctes ayant droit à leur culture, leur langue, leurs coutumes et leurs traditions; des peuples qui possèdent surtout le droit d'orienter eux-mêmes le développement de cette identité qui leur est propre.

Ainsi, depuis près de 30 ans, le gouvernement du Québec s'est investi dans le développement de relations formelles et respectueuses avec les Autochtones. Au cours de ces années, nos relations n'ont cessé d'évoluer. Elles ont notamment été marquées par plusieurs rendez-vous. Certains furent couronnés de succès, alors que d’autres l’ont été un peu moins. J’aimerais que les deux journées que nous passerons ensemble soient un rendez-vous réussi.

Je vous l’assure avec force, aujourd’hui : le gouvernement du Québec est disposé à déployer toute l’énergie nécessaire pour créer un mouvement fort qui contribuera à lutter efficacement contre le racisme et la discrimination. C’est dans cet esprit que j’ai annoncé, au printemps dernier, mon intention d’instaurer un Mois de l’histoire des Autochtones. Celui-ci est un exemple de mesures concrètes déjà envisagées par mon gouvernement dans l’élaboration de notre futur plan d’action.

Mais au risque de me répéter, il faudra travailler ensemble. La collaboration active du milieu autochtone est une condition sine qua non du succès de ce chantier. Tout au long des présentes consultations, je vous écouterai très attentivement. Avec mes collaborateurs, nous prendrons bonne note de vos observations et de vos témoignages. Nous avons besoin d’un apport solide de votre part, pour nous permettre de dresser un portrait juste de la situation et d’identifier des pistes d’action efficaces.

En somme, je vous assure de ma volonté d’agir, mais en retour, je sollicite votre appui. Je vous demande une participation engagée. Seuls vos témoignages sauront nous éclairer sur les réalités vécues par les Autochtones au sein de la société québécoise. Seuls vos témoignages pourront nous éclairer sur la réalité telle que vous la vivez au quotidien.

Je termine en formulant un souhait : tout au long de nos travaux, je nous invite à faire preuve de respect, d’ouverture et d’écoute. Je nous souhaite des discussions porteuses de solutions qui nous permettront de nous attaquer de manière immédiate à l’ignorance, aux préjugés et à l’exclusion.

Alors, ouvrons ensemble un ambitieux chantier de réflexion pour mieux penser le vivre ensemble et gardons les yeux sur nos objectifs : l’accès à l’égalité des chances et le développement de relations plus harmonieuses.

Je vous remercie de votre attention et vous souhaite de fructueuses consultations.


  • La ministre déléguée aux Affaires autochtones, Mme Élizabeth Larouche, en compagnie des acteurs du milieu autochtone venus partager leurs points de vue et leurs pistes de solution sur la question du racisme et de la discrimination. Photo : Julie Herman-Lemelin


Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Mise en ligne : 6 novembre 2013