Retour à l'accueil Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre Recherche English Site du Ministre du Conseil Exécutif - Ce lien externe s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones

Allocution de Mme Élizabeth Larouche, ministre déléguée aux Affaires autochtones à l'occasion de la désignation du Katajjaniq (la pratique du chant de gorge inuit) comme premier élément du patrimoine immatériel québecois

le 28 janvier 2014

(La version prononcée fait foi.)

Monsieur le Ministre de la Culture et des Communications,
Monsieur le Président de la Société Makivik, Jobie Tukkiapik,
Madame la Présidente de l’Administration régionale Kativik, Maggie Emudluk,
Monsieur le Président de l’Institut culturel Avataq, Charlie Arngak,
Distingués invités,
Mesdames, Messieurs membres de la nation inuite,
Mesdames,
Messieurs,

Quel bonheur d'être avec vous ici, ce matin, afin de célébrer la désignation du premier élément du patrimoine immatériel québécois, le katajjaniq : la pratique du chant de gorge inuit!

Chez la nation inuite, les aînés protègent et perpétuent l’expérience culturelle. Avec toute leur sagesse, ces aînés assurent la transmission des valeurs traditionnelles de leur peuple vers les générations plus jeunes. Les chants de gorge en sont un exemple probant. Issu d’une tradition orale des femmes du Nunavik, dont l’origine remonterait au moins au 19e siècle, le katajjaniq est encore bien vivant dans les quatorze communautés inuites du Québec. Il est devenu, au fil du temps, un repère identitaire pour les Nunavimmiut, les habitants du Nunavik.

J'ai eu la chance d'entendre de magnifiques chants de gorge, lorsque je me suis rendue au Nunavik il y a quelques mois. Deux adolescentes nous avaient alors offert une performance exceptionnelle. J’ai été très émue par l'idée que leur mère, leurs grands-mères et leurs arrière-grands-mères avaient chanté avant elles, et que, sans doute, leurs filles, leurs petites-filles et leurs arrière-petites-filles allaient le faire après elles.

Ceux qui me connaissent le savent : je suis une personne qui aime rire! Or, le katajjaniq se termine souvent par des éclats de rire des interprètes. La gamme d’émotions par laquelle ce jeu inuit traditionnel nous fait passer rend l’expérience aussi merveilleuse que singulière. Chers invités, je suis certaine que vous serez, vous aussi, gagnés par cette même émotion, lorsque vous assisterez, dans quelques instants, à des performances de chant de gorge.

L’histoire du Québec en témoigne : il est parfois nécessaire de poser des gestes politiques significatifs afin d’assurer la pérennité de nos trésors culturels. Vous le savez bien : il nous est impossible de protéger des éléments du patrimoine immatériel en les plaçant derrière une vitre, dans un musée. Je suis donc fière de constater, aujourd’hui, que nos deux nations ont collaboré pour poser un geste visant à sauvegarder et mettre en valeur ce premier élément du patrimoine immatériel québécois.

Nous devons le souligner : cette réalisation importante est une initiative de l’Institut culturel Avataq. Depuis près de trente ans, cet organisme se consacre à la protection et à la promotion de la langue et de la culture des Inuits du Nunavik. Bravo et merci à toute l’équipe d’Avataq!

En terminant, je souhaite que la culture inuite, si riche et fascinante, rayonne dans tout le Québec et, pourquoi pas, sur la scène internationale! J’offre d’ailleurs ma collaboration à mon collègue, le ministre de la Culture et des Communications, afin que notre gouvernement puisse poser des gestes concrets, qui permettront de mieux faire connaître le chant de gorge, une pratique qui demeure, malheureusement, relativement méconnue par une majorité de Québécois.

Je vous remercie.


  • La ministre déléguée aux Affaires autochtones, Mme Élizabeth Larouche. Photo : Robert Fréchette, Institut culturel Avataq


Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Mise en ligne : 28 janvier 2014