Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec Recherche English
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones
Orientations. Retour à la liste des axes d'intervention

Développer le pouvoir d’agir des individus et des collectivités

Tant la Commission de vérité et réconciliation que la Commission royale sur les peuples autochtones ont insisté sur l’importance de la guérison comme passage obligé de l’essor des sociétés autochtones. Pour s’épanouir collectivement, les Inuits et les Premières Nations doivent arriver à surmonter l’héritage oppressant du passé : ils ont besoin de prendre leur élan.

Les communautés autochtones doivent concevoir les outils qui leur permettront de faire des choix toujours plus éclairés pour leur propre avenir. Mais à cet objectif collectif s’imposera invariablement une nécessité : celle du développement de la capacité des personnes. Au sein des communautés autochtones, les rapports sociaux se sont historiquement établis autour des valeurs de coopération et de cohésion, grâce à un enracinement dans la collectivité et à un fort sentiment d’appartenance. Dans un tel contexte, l’épanouissement collectif est particulièrement tributaire de la qualité des aptitudes individuelles.

Il s’agit dès lors de créer les conditions propices pour que chaque membre de la communauté puisse concrétiser son propre potentiel et sa faculté à résoudre lui-même ses problèmes. Il faut travailler à accroître le pouvoir d’agir des individus, non seulement pour que ceux-ci deviennent plus à même de se prendre en main et de se mobiliser en faveur de leurs conditions d’existence personnelles, mais aussi afin de devenir un participant actif à la construction du vivre-ensemble et à la guérison collective.

Ainsi, il n’est pas tout de déployer des services efficaces, pertinents et sécurisants d’un point de vue culturel. Il n’est pas suffisant, non plus, de cibler adéquatement les interventions autour de besoins prioritaires et réels : il faut aussi mettre en œuvre une action qui favorisera l’autonomisation des personnes, l’apprentissage de la citoyenneté et la cohésion sociale.

Le présent plan d’action s’inscrit dans cette logique. Il vise à soutenir des initiatives sociales novatrices qui, d’une part, favoriseront l’autonomisation de la personne et qui, d’autre part, contribueront à placer celle-ci au centre du développement social et culturel de la communauté.

Miser sur le potentiel des individus

Les difficultés rencontrées par les populations autochtones en matière de scolarisation, de pauvreté, d’emploi, ou de santé sont souvent déplorées à leur face même. C’est-à-dire que, devant le caractère inacceptable et anormal des souffrances vécues par les personnes, les pouvoirs publics se mobilisent pour améliorer leurs conditions.

Il existe toutefois une autre façon d’envisager ces questions. De fait, on porte moins souvent attention à ce qui est perdu, voire gâché, dans la prévalence des problèmes sociaux : le gaspillage de talents et de potentiels individuels ainsi que la perte de la faculté de milliers d’Autochtones à infléchir le cours des choses, à traduire une vision du bien commun et à devenir des artisans du changement.

Ainsi, le présent plan d’action met en œuvre des mesures qui visent à favoriser le développement de la capacité des personnes et des collectivités, dans la perspective d’un accroissement de la participation citoyenne. L’apprentissage et l’exercice de la citoyenneté impliquent que les individus partagent la préoccupation de l’enrichissement de l’avenir collectif et qu’ils y apportent leur meilleure contribution. Les sociétés autochtones doivent pouvoir compter sur des personnes aptes et désireuses de contribuer. Or, la pauvreté et l’exclusion sociale ont souvent pour corollaire une faible participation à la vie économique, culturelle et politique de la collectivité. Dans un tel contexte, la nécessité de mesures d’incitation à la participation citoyenne apparaît encore plus clairement.

Le Gouvernement du Québec compte ainsi poser des gestes qui, à terme, permettront aux individus de mieux participer à la construction des liens sociaux :

  • Appuyer les conseils de bande afin qu’ils puissent intervenir auprès des jeunes et leur proposer une programmation diversifiée et rassembleuse en matière de sport, de loisir et d'implication citoyenne;
  • Favoriser le partage de bonnes pratiques en matière de compétences parentales en milieu autochtone;
  • Promouvoir l'entrepreneuriat des jeunes et des femmes autochtones;
  • Élaborer et diffuser de l’information permettant aux Autochtones de mieux comprendre le processus judiciaire et de connaître davantage leurs droits;
  • Encourager la reconnaissance des personnes aînées autochtones afin de favoriser leur participation à la vie sociale;
  • Appuyer des projets visant à promouvoir des rapports égalitaires auprès des jeunes garçons et des jeunes filles autochtones.

Favoriser l’innovation sociale

Par ailleurs, afin de promouvoir l’exercice de la citoyenneté et la solidarité dans les milieux autochtones, le Gouvernement du Québec soutiendra des projets d’innovation sociale.

Il s’agit d’initiatives qui proposent des manières de faire originales, plus en adéquation avec les réalités sociales du terrain. Le présent plan d’action incite à de telles approches qui, rompant en quelque sorte avec le statu quo, répondent plus durablement aux besoins et aux problèmes, produisant ainsi des bénéfices significatifs, non seulement pour certains individus, mais aussi pour la communauté.

Ainsi conçues, ces actions ont le potentiel de transformer les collectivités. Si elles peuvent émerger de tous les milieux (structures relevant des conseils de bande ou de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador [APNQL], conseils tribaux ou organismes communautaires hors réserve, etc.) ou être parrainées par divers groupes (jeunes, femmes, etc.), elles ont aussi pour dénominateur commun de présenter des solutions novatrices à des problèmes sociaux concrets.

Elles peuvent ainsi toucher des secteurs très variés comme l’éducation, la santé, la famille, la justice ou l’égalité et la complémentarité entre les femmes et les hommes; cependant, dans tous les cas, elles visent l’inclusion sociale des Autochtones et le renforcement de la cohésion au sein de leurs communautés.

Dans cette perspective, on soulignera les initiatives suivantes :

  • Favoriser, par l’entremise de nouvelles dispositions du FIA, la mise sur pied de projets et de partenariats novateurs dans des domaines cruciaux du développement social autochtone;
  • Encourager l’émergence de l’action communautaire dans les communautés autochtones;
  • Étendre la portée de l’action communautaire dans les milieux urbains;
  • Accentuer le soutien aux comités de justice communautaire au sein des communautés autochtones;
  • Appuyer les activités du Cercle des femmes élues de l’APNQL;
  • Soutenir des projets visant à promouvoir la participation citoyenne auprès des jeunes Autochtones.

En définitive, le troisième axe de ce plan d’action a pour objectif de contribuer à la revitalisation de la vie citoyenne dans les communautés autochtones en favorisant une réappropriation, par leurs membres, de leur propre pouvoir d’agir et, plus généralement, une reprise en main de leur vie. Il se résume comme suit :

DÉvelopper le pouvoir d'agir des individus et des communautÉs
Contribuer à la participation citoyenne au renforcement des capacités individuelles. Favoriser des initiatives sociales novatrices.
Retour à la liste des axes d'intervention

Haut de page

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Mise en ligne : 2 novembre 2017