Accueil Plan du site Nous joindre Portail Québec Recherche English
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones

Cris

Au Québec, la population crie s’élève à plus de 14 500 personnes, répartie dans neuf villages situés sur les rives de la baie James et de la baie d’Hudson ainsi qu’à l’intérieur des terres. La nation crie appartient à la grande famille linguistique et culturelle algonquienne. La totalité de la population parle la langue crie, tandis que l’anglais est la langue seconde de la majorité.

Originaires des plaines de l’Ouest canadien, les Cris vivaient traditionnellement en petits groupes nomades, tirant leur subsistance de la chasse et de la pêche. Au Québec, ils résidaient dans le secteur de la baie James. Dès 1670, la traite des fourrures a constitué pour eux une activité économique très importante.

Au XXe siècle, la présence grandissante du gouvernement fédéral à la baie James, l’introduction de l’école obligatoire, la construction de maisons permanentes et le déclin du commerce des fourrures ont bouleversé le mode de vie des Cris. Dans les années 1970, ils se sont dotés d’une organisation politique structurée, le Grand Conseil des Cris du Québec, dans le contexte des projets hydroélectriques et de développement de la baie James.

En 1975, ils signent, avec les Inuits et les gouvernements du Québec et du Canada, la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ), qui leur assure la propriété ou l’usage exclusif de territoires couvrant 5 544 km2, des droits exclusifs de chasse, de pêche et de piégeage sur une superficie de 69 995 km2, ainsi que l’obtention d’une indemnité pour la prise en charge et le financement de diverses obligations des gouvernements dans les domaines de la santé et des services sociaux, de l'éducation et de la sécurité du revenu principalement. La CBJNQ transforme l’univers des Cris, car elle entraîne la création d’institutions et d’organismes administratifs cris, de même que de nombreuses entreprises qui contribuent à l’essor économique de la population crie.

La mise en œuvre de la CBJNQ engendre cependant de nombreux problèmes, que le gouvernement du Québec et la nation crie conviennent de régler par la signature de la Paix des braves en 2002, établissant ainsi les bases d’une nouvelle relation.

Page précédente - Page suivante

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Dernière mise à jour : 2 février 2016
Mise en ligne : 29 octobre 2004