Home page Site map Email Québec Portal Search Francais
Menu Contenu
Secrétariat aux affaires autochtones
Home > Secrétariat > Qui sommes-nous?

Qui sommes-nous?

On entretient souvent des idées préconçues envers tout ce qui touche les Autochtones. Mythes et réalités sur les peuples autochtones, une brochure diffusée par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec, s’applique à revoir certaines de ces idées. De même, l’ouvrage Amérindiens et Inuits, Portrait des nations autochtones du Québec, du Secrétariat aux affaires autochtones, brosse un portrait très complet de la situation et de l’évolution des Autochtones du Québec.

Mais même au gouvernement, le rôle du Secrétariat aux affaires autochtones (le SAA dans notre jargon) est aussi parfois méconnu. Voici donc dix capsules qui, nous l’espérons, vous permettront de faire la part entre les mythes et les réalités de notre travail et d’en apprendre un peu plus sur notre mission et notre équipe.

1. Le Secrétariat aux affaires autochtones existe depuis au moins une trentaine d’années

Vrai. Le SAA a été créé en 1978, dans la foulée de la signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (avec les Cris et les Inuits en 1975) et de la Convention du Nord-Est québécois (avec les Naskapis en 1978). L’année 2013 marque donc son 35e anniversaire!

2. Le gouvernement du Canada est la seule instance qui intervient auprès des Autochtones

Faux. Les Autochtones sont des citoyens du Québec et, à ce titre, ont droit aux mêmes services que tous les autres Québécois. Le gouvernement du Québec joue donc un rôle crucial auprès des nations autochtones présentes sur son territoire, en appuyant leur développement éducatif, social, économique et communautaire.

Ainsi, au cours des dernières années, le SAA a, entre autres, participé à la création d'un centre d'études collégiales des Premières Nations, conclu avec ces dernières une entente pour promouvoir la réussite scolaire et mis sur pied un programme pour encourager les jeunes à adopter de saines habitudes de vie.

Par l’entremise de son programme de consultation des communautés autochtones et de son Fonds d’initiatives autochtones, le SAA permet à ces gens d’avoir voix au chapitre dans leur développement socioéconomique et collectif.

Enfin, c’est le SAA qui était chargé des travaux qui ont mené à la conclusion récente de l’Entente sur la gouvernance dans le territoire d’Eeyou Istchee–Baie-James, ainsi qu’à la reconnaissance officielle de la communauté crie d’Oujé-Bougoumou.

3. Le SAA est le seul acteur en matière d’affaires autochtones au gouvernement du Québec

Faux. Le SAA coordonne toute l’action gouvernementale du Québec auprès des milieux autochtones et agit comme interlocuteur principal du gouvernement du Québec avec eux. Mais pour l’aider dans cette tâche, le SAA compte sur un réseau très actif de coordonnateurs aux affaires autochtones, dans une vingtaine de ministères et organismes gouvernementaux québécois qui ont des liens avec les milieux autochtones. C’est un travail d’équipe!

4. Le SAA s’occupe de TOUS les Autochtones du Québec

Vrai. Il faut d’abord différencier le terme Premières Nations du terme
Autochtones : le premier désigne seulement les nations amérindiennes, tandis que le second comprend les nations amérindiennes ET inuites. En 1985 et 1989, l’Assemblée nationale du Québec a reconnu onze nations autochtones au Québec. Notons que le terme amérindien est de moins en moins utilisé.

Pour être plus précis, le SAA intervient auprès des têtes dirigeantes des Premières Nations du Québec et des villages du Nunavik (le territoire nordique québécois), des nombreux organismes, autochtones ou non, implantés dans ces milieux ainsi que des promoteurs autochtones qui désirent obtenir le soutien du gouvernement du Québec pour des projets économiques ou communautaires.

5. La mission du SAA se résume au simple financement de projets

Faux. Le SAA finance effectivement des projets de toute nature dans les communautés autochtones. Mais son action est beaucoup plus large. De fait, le SAA est une sorte de « touche-à-tout » : chargé des relations entre les Autochtones et le gouvernement du Québec, il mène la négociation d’ententes avec les communautés, appuie concrètement leur développement socioéconomique et communautaire et collabore étroitement avec les organismes œuvrant dans les milieux autochtones, partout sur le territoire du Québec, afin de leur faciliter l'accès aux programmes gouvernementaux et, souvent, d'adapter les activités gouvernementales à leurs besoins, leurs attentes et leurs défis.

De plus, il fait tout cela en offrant des services-conseils en affaires autochtones aux ministères et organismes québécois et en coordonnant les dossiers pour s’assurer que les orientations, politiques, stratégies, interventions et actions gouvernementales tiennent compte des enjeux autochtones.

6. Le SAA offre directement des services à la population autochtone

Vrai. Tous les jours, les gens du SAA sont en contact avec les communautés, organismes, intervenants, entrepreneurs et promoteurs autochtones pour les conseiller et les accompagner dans leurs projets, petits ou grands. Ils interviennent au quotidien pour négocier et mettre en œuvre des ententes de toute nature, financer des initiatives et assurer leur suivi, en collaboration avec une foule d’intervenants non autochtones, gouvernementaux ou privés. C’est un travail qui exige une bonne dose de diplomatie!

7. Les employés du SAA travaillent partout au Québec

Vrai. Comme tous leurs collègues, les fonctionnaires du SAA accomplissent des tâches courantes, telles que participer à des séances d’information ministérielles, produire des notes d’information ou d’analyse dans des dossiers stratégiques, documenter des enjeux d’actualité, conseiller des collègues de ministères ou organismes, rédiger des avis sur des projets gouvernementaux, etc. Mais pour maintenir de bonnes relations avec les Autochtones et développer leurs réseaux, les employés du SAA se rendent souvent sur le terrain, dans les communautés autochtones québécoises; ils peuvent ainsi avoir un contact direct avec les intervenants autochtones et leurs réalités et faire avancer positivement les dossiers.

La semaine typique d’un professionnel du SAA peut se dérouler comme suit : lundi et mardi, il peut faire douze heures de route aller-retour, dont quatre sur des routes forestières, pour aller rencontrer les leaders d’une communauté autochtone; le mercredi, il aura à rédiger un avis adressé au Secrétariat général sur un projet de loi touchant les milieux autochtones; le jeudi, il peut accompagner le ministre responsable pour une rencontre avec un chef autochtone à l’Assemblée nationale; enfin, le vendredi, il peut être appelé à se rendre à un forum ou un colloque autochtone à Montréal, Sept-Îles ou La Tuque!

8. Pour travailler au SAA, il faut parler minimalement une langue autochtone

Faux. Lors de rencontres ou de déplacements dans les communautés autochtones, les employés du SAA communiquent avec leurs vis-à-vis en anglais ou en français, langues premières ou secondes des populations autochtones du territoire québécois. Soulignons que huit langues autochtones sont couramment parlées au Québec.

9. L’équipe du SAA est composée d’experts en affaires autochtones

Vrai. Le parcours de chaque membre de notre équipe est riche et varié. Certains entretiennent une longue histoire d’amour avec les questions autochtones, qui remonte parfois à leurs études universitaires ou à des expériences professionnelles antérieures au Québec, dans les autres provinces ou territoires canadiens ou à l’étranger; d’autres ont été recrutés en fonction de leur formation et de leurs aptitudes, et se perfectionnent en affaires autochtones en cours d’emploi.

Mais avant tout, pour travailler au Secrétariat des affaires autochtones, il faut vouloir faire partie d’une équipe dévouée, réellement engagée envers l’amélioration de la qualité de vie des Autochtones du Québec, au profit de l’ensemble de la société québécoise. Cette équipe, d’une cinquantaine de personnes à l’esprit de groupe remarquable, trouve une source de motivation et de dépassement dans les défis qu’elle doit constamment relever.

D’ailleurs, ces dernières années, des employés du SAA se sont notamment distingués dans le cadre des prix Reconnaissance du Forum des jeunes de la fonction publique québécoise.

10. Au-delà de sa mission et de ses compétences, l’équipe du SAA se définit par sa polyvalence et sa diversité

Vrai. Et aussi par ceux qui en font partie : des gens passionnés, engagés de cœur et d’esprit, capables de vision, de souplesse et d’ouverture!

Signature gouvernementale
Secrétariat aux affaires autochtones
905, avenue Honoré-Mercier, 1er étage - Québec (Qc)  G1R 5M6 - 418 643-3166
Last update: December 3, 2015
Online as of : September 3, 2014